Interview

Vincent Debaty « Nous voulons simplement exister en Top 14 »

image description

Après 9 saisons passées en Auvergne, le pilier aux 37 sélections avec le XV de France retrouvera samedi prochain le stade Marcel-Michelin avec émotion mais aussi avec l’ambition de lutter pour la survie de son équipe dans l’Elite. Avec 9 points de retard sur les Agenais, « le Belge » sait parfaitement que tous les points valent désormais de l’or pour l’USO. Entretien…

Vincent, Oyonnax ne s’est plus imposé en championnat depuis très longtemps (début septembre), comment viviez-vous cette situation ?
On ne peut pas se satisfaire de cette situation et nous faisons tout ce que nous pouvons pour nous en sortir. Je crois, sincèrement, que l’équipe est en progrès. Nous sommes capables de nous procurer des occasions et notre attaque est de plus en plus performante, mais à côté de cela notre défense est encore trop friable et il faut encore continuer de travailler pour rééquilibrer cela. Malgré cette mauvaise série, il y a des aspects positifs, notamment au niveau des phases de conquête ou de la construction de notre jeu.

C’est effectivement assez paradoxal car l’USO continue de produire énormément de jeu à l’image de ce que vous avez fait face à Montpellier, samedi dernier…
Oui c’est en tout cas notre volonté. Nous voulons mettre beaucoup de jeu en place et produire pas mal de choses. Il nous reste désormais à gommer tous les points faciles que nous donnons à nos adversaires en nous montrant trop naïfs ou pas suffisamment appliqués en défense.

Que manque-t-il à votre équipe pour sortir de cette queue de peloton où vous êtes accrochés ?
Il manque de la confiance et celle-ci ne viendra qu’en gagnant. Les défaites ne viennent pas valider le travail que nous faisons et le doute est toujours là. Il faudrait arriver à chasser cela par une ou deux victoires qui pourraient nous faire basculer. Nous avons l’impression de ne pas être si loin de la vérité tout en étant lucides sur le fait que nous n’y sommes pas encore.

9 points vous séparent des Agenais actuellement en position de barragistes, sont-ils déjà trop loin ?
Non bien sûr que non ! Nous avons toujours de l’espoir. Comme je le disais plus tôt, nous sommes dans une période où nous sentons que les choses évoluent dans le bon sens, il faut désormais concrétiser. Nous avons conscience que ce sera très difficile de rattraper le retard que nous avons pris mais ce n’est pas encore impossible.

Lors du match aller, vous avez mis un sévère 19 à 0 aux Clermontois pour revenir à égalité. Allez-vous vous appuyer sur cette partie du match pour construire le prochain ?
Franchement pas plus que cela. Tous les matches sont différents et les vérités du mois de novembre ne sont pas forcément les mêmes que celles du mois de février. Nous sommes plus dans de la projection de semaine en semaine afin de corriger ce qui n’a pas fonctionné en nous appuyant parallèlement sur ce qui a été performant. Pour la confiance, nous nous en servirons, peut être, pour nous rassurer dans le fait que nous avons été capables de bousculer une équipe comme Clermont.

Tu as été un des rares joueurs à décrocher les deux titres de Clermont (2010 et 2017), j’imagine que ce retour au Michelin n’est pas anodin …
Non, bien sûr, c’est avec beaucoup de bonheur que je refoulerais cette pelouse si j’en ai l’opportunité. Même si je suis sous d’autres couleurs, cela n’enlèvera pas tous les bons moments passés dans ce club et ceux que j’ai pu partager avec ce formidable public. L’ASM est un club qui m’a beaucoup marqué, qui m’a beaucoup apporté et que je garde toujours dans mon cœur.

Clermont vient de perdre son cinquième match consécutif en Top 14, quel regard portes-tu sur cette période ?
J’ai regardé leurs deux derniers matches face à Montpellier et le LOU, dans l’engagement et dans l’état d’esprit ce sont vraiment des rencontres où il n’y a pas grand-chose à dire. Les Clermontois ont été présents, il manque certainement un peu de confiance du fait des blessés et de la situation actuelle. On le voit face à Lyon, où il peut y avoir un peu de fébrilité de la part de joueurs qui ne sont pas habitués à cela et qui sont de très grands joueurs. Ces erreurs n’auraient probablement jamais existé dans un autre contexte. Clairement, cette équipe de Clermont n’est pas à sa place !

Avant d’affronter une équipe comme cela j’imagine que l’envie est plus de les enterrer plutôt que les plaindre…
Ni l’un ni l’autre, j’ai trop de respect pour Clermont pour me permettre de penser à cela. Nous sommes dans une situation où nous avons suffisamment à penser en nous focalisant sur nous-mêmes. Nous voulons simplement exister en Top 14. Nous avons à cœur de sauver notre peau et de continuer à nous battre. Nous ne sommes pas dans un état d’esprit à vouloir projeter notre motivation sur un autre club mais au contraire à garder le maximum de concentration et de détermination à continuer de rester en vie et d’exister dans ce championnat si difficile.