Interview

Mike Tadjer « Nous ne jouons pas le même championnat ! »

image description

Le talonneur du CAB, formé à Massy et arrivé à l’intersaison, est un homme de défis. Après avoir succédé au charismatique Jalil Narjissi à Agen, il est arrivé en Corrèze où un certain Guillaume Ribes laissait sa place. Alors qu’il vient d’aligner 5 titularisations consécutives, il se prépare à jouer son premier derby, à domicile, face à une équipe clermontoise qu’il n’a jamais voulu intégrer à la course au maintien dans laquelle son club est engagé. Interview…

Après la succession de Jalil Narjissi à Agen, c’est celle de Guillaume Ribes à Brive que tu dois désormais assurer, j’imagine qu’il doit y avoir plus simple …
Oui probablement, mais j’aime bien les défis et prendre la suite de tels joueurs est très motivant. Ils ont passé de longues années dans leur club et avaient une très belle expérience, à moi de construire la mienne. La succession est toujours compliquée. Je suis arrivé dans un club où tout était déjà bien rodé et où il faut, chaque jour, continuer de faire ma place en se remontant les manches et en étant capable de faire des grosses performances le week-end. J’ai profité de quelques blessures et suspensions pour gagner du temps de jeu et engranger de la confiance.

A 7 journées de la fin du championnat, il n’y a plus que 4 points d’avance sur Oyonnax, 2 de retard sur Paris et 5 sur Agen. La lutte pour le maintien promet d’être acharnée…
Oui, c’est une réalité et cette lutte se poursuivra dès cette semaine avec la réception de Clermont. Nous savons vers quoi nous allons, c’est une équipe que Brive connait bien, avec des internationaux à tous les postes. Ils ne sont pas à la place où ils devraient être mais ils restent les champions de France en titre et possèdent un potentiel impressionnant. Il nous faudra passer cet obstacle, l’emporter et poursuivre en allant chercher des points un peu partout jusqu’à la fin de la saison pour assurer le maintien. Il reste 7 matches, nous devons tout donner !

Considères-tu les Clermontois encore dans cette lutte après la victoire de ce week-end face aux Rochelais ?
Franchement, je ne les ai jamais considérés dans cette lutte-là. C’est une équipe où il n’y a que de très grands joueurs, ils ont eu un parcours compliqué avec d’innombrables blessés. Cette année est un accident. Ils reviennent progressivement et nous aurons bien face à nous, l’équipe que tout le monde connait, compétitive et qui postulera pour le titre européen. Pour l’instant, ils connaissent une année de malchance, un accident de parcours, mais jamais nous n’avons pensé qu’ils étaient en lutte avec nous pour le maintien, nous ne jouons pas le même championnat !

Brive fait partie des équipes qui s’appuient sur un gros collectif à l’image de ce que vous avez fait sur la pelouse de Toulouse ou du Racing, la semaine dernière…Y a-t-il justement des regrets par rapport à ces deux rencontres ?
La défaite à Toulouse reste très amère car nous aurions au moins dû ramener le bonus défensif. Nous aurions également pu mieux faire face au Racing où il y avait la place pour une victoire. Maintenant, c’est du passé et même si ce n’est qu’un point sur ces deux rencontres, je suis sûr qu’il comptera à la fin. Ces matches doivent nous permettre de jouer en confiance et de croire en nos moyens pour la fin de saison.
 

En termes de jeu, le CAB produit plus que la saison dernière. L’équipe est probablement plus complète mais semble moins efficace notamment à domicile. N’êtes-vous pas tentés de réduire les intentions pour se focaliser sur le combat afin d’assurer cette fin de saison ?
Non, nous essayons de ne rien négliger des fondamentaux : la mêlée, la touche, les ballons portés, l’agressivité tout en développant notre rugby. Nous allons continuer comme cela et pas revenir en arrière, nous sommes tous solidaires de cela et persuadés d’être dans la bonne direction.  

Que connais-tu des derbys Brive – Clermont ?
Je sais que c’est souvent très chaud et qu’il y a toujours beaucoup de monde. Nous en entendons beaucoup parler, plus que tout autre match. Je suis déjà dans le bain et j’ai compris que cela tenait à cœur à beaucoup de Brivistes. J’ai hâte d’être à samedi. C’est pour ce genre de match que nous aimons jouer au Rugby. En fonction du résultat, notre fin de saison peut prendre une direction favorable ou au contraire négative. Tous les ingrédients sont réunis pour préparer un gros match de rugby. Les deux équipes auront une belle carte à jouer pour la suite du championnat, il faudra être prêt à en découdre.

Les Clermontois ont mis fin à leur série de 6 défaites en se recentrant sur un jeu plus direct, penses-tu que cela donnera le ton du match à venir ?
Oui, c’est certain, ce sont toujours de bons choix lorsque les joueurs doivent se recentrer sur leurs objectifs. Nous nous attendons à beaucoup d’intensité, du combat, un vrai match de rugby. Si nous leur laissons la moindre chance ou le moindre centimètre, ils vont s’engouffrer dedans et nous savons combien ils peuvent être dangereux lorsqu’ils jouent au rugby.

Plus les journées passent et plus la peur s’installe. Comment travaille-t-on avec cela ? Faut-il en faire abstraction ou, au contraire, s’en servir pour se transcender ?
Je ne pense pas qu’il faille l’ignorer. Nous avons besoin de cette pression pour nous rappeler que si le club est relégué beaucoup de choses peuvent changer individuellement, pour le club, pour la ville, pour la région. Il faudra se servir de cette pression pour se transcender sur les 7 derniers matches de la saison.