Le réalisme du Racing plus fort que le feu de la Yellow Army

image description

Malgré une bonne entame de match, les hommes de Franck Azéma n’ont jamais eu la marge nécessaire pour résister au retour du Racing, très solide collectivement et bien aidée par l’apport de son banc. Les « jaune et bleu » n’ont pas grand-chose à se reprocher au niveau de l’investissement mais après avoir perdu quelques joueurs tôt dans une rencontre parfois dirigée de façon incohérente, ils n’avaient pas les ressources nécessaires pour revenir sur des Franciliens plus efficaces et mieux rodés. Clermont laisse là, devant une ambiance de feu et des supporters exceptionnels, ses ambitions européennes.

 

180401-penaud.jpg
 

Clermont (Stade Marcel-Michelin) temps ensoleillé, pelouse excellente, 18 598 spectateurs

Le Racing bat l’ASM Clermont Auvergne 17-28 (mi-temps : 14-13). Arbitrage Monsieur Barnes (Ang).
Pour Clermont : 1 essai de Betham (34e), 4 pénalités (6e, 10e, 18e et 45e).

Pour le Racing 92: 3 essais de Nakarawa (25e), Andreu (64e), Palu (66e) 3 pénalités (32e, 40e, 42e) et 2 transformations de Machenaud.

 

180401-racing-melee.jpg
 

Une grosse entame… mais trop stérile !

Portés par un stade en feu et une Yellow Army au sommet de son art, les « jaune et bleu » entament parfaitement cette rencontre à l’image de leur maestro Parra qui donne le tempo. Un rythme d’enfer qui bouscule la défense du Racing rapidement mise à la faute. Penaud, Grosso Lee et compagnie prennent les intervalles et font reculer le Racing qui a bien du mal à se reconstituer défensivement. Morgan Parra enquille les pénalités (6e, 10e, et 18e) pour donner un avantage de 9 points à son équipe. On joue depuis 20 minutes le Racing n’a pas vu le ballon et ne fait que subir, les Franciliens ont plié… mais sans jamais vraiment rompre et Clermont ne parvient pas à faire sauter le dernier verrou défensif des visiteurs. Pire Peceli Yato et Arthur Iturria quittent leurs partenaires prématurément alors que le Racing s’apprête à donner une leçon de réalisme à Clermont. Sur leur véritable premier ballon d’attaque une pénal-touche associée à un ballon porté met à mal les Auvergnats qui sont tout près d’encaisser un essai (refusé à la vidéo). Qu’importe, dès la seconde occasion une relance de Marc Andreu déchire le rideau défensif « jaune et bleu » sur 40 mètres, Camille Chat assure un relais plein de punch avant que Nakarawa ne termine l’action sous les poteaux auvergnats en éliminant les derniers défenseurs auvergnats. En 2 minutes le Racing a fait une bonne partie de son retard (9-7) et va même passer devant après un énorme pressing défensif de Thomas et Nakarawa qui offre à Machenaud une pénalité en moyenne position (9-10 à la 32e). La réaction de Clermont ne se fait pas attendre et sur une action en première main Morgan Parra redouble son ouvreur et fait la différence en adressant une passe de 30 mètres en pleine course à son ailier Betham qui pointe en bout de ligne. Clermont repasse devant 14-10 mais se remet immédiatement sous pression en offrant une pénalité dès le renvoi. Heureusement, le buteur francilien rate la cible avant de se rattraper en toute fin de première période après une nouvelle action pleine de réalisme du Racing qui tourne avec seulement un point de retard.

 

180401-racing-carter.jpg
 

Carter décisif dans le « money time »

Dès la reprise, le Racing toujours aussi réaliste passe une nouvelle pénalité 14-16 (41e) mais c’est bien Clermont qui se montre le plus dangereux et croit même marquer avant que Monsieur Barnes ne rentre dans cette rencontre en refusant l’essai de Nick Abendanon. Morgan Parra compense partiellement en enquillant sa quatrième pénalité de l’après-midi pour remettre les siens en tête au tableau d’affichage. Au fil des minutes, c’est bien le Racing qui met la main sur ce match en tenant le ballon et en imposant la puissance de son collectif à des Clermontois dans le dur après de longues semaines de convalescence pour certains et de manque de repères collectifs pour d’autres. L’entrée de Dan Carter à l’heure de jeu va donner un gros coup de fouet aux Franciliens. Au métier, l’ouvreur all-black navigue dans la défense clermontoise et alterne à merveille pour remettre les siens dans le sens de la marche. C’est lui qui fait la différence sur l’essai de Marc Andreu avant d’adresser une passe « en avant » à son ailier. L’essai qui aurait dû être refusé ne fait pas broncher l’arbitre anglais Wayne Barnes qui l’accorde dans un Michelin en furie. La douche froide se poursuit, dans la foulée, sur une nouvelle inspiration de Carter qui décale Thomas pour un numéro de soliste qui finira dans les bras du jeune seconde ligne Palu qui valide son excellent soutien par l’essai de la gagne. A 15 minutes de la fin de la rencontre le Racing mène désormais 17 à 28 et Clermont vient de prendre un terrible coup derrière la tête… dont il ne se relèvera jamais. Malgré toute la hargne de Rémy Grosso (qui se verra refuser un essai) ou la volonté de ses coéquipiers, rien ne fera trembler la défense du Racing qui canalisera les offensives clermontoises afin de tenir son exploit.

Au terme d’une rencontre très intense, le Racing s’est montré plus réaliste et a su profité de la saison « galère » des Auvergnats qui ont surement payé en fin de match le manque de cohésion et d’automatismes d’un groupe qui a finalement peu joué ensemble ces derniers temps… sans parler du manque de rythme de certains que le cœur n’a pas toujours suffi à compenser. Clermont doit désormais finir sa saison de Top 14 avec dignité et déjà préparer l’avenir.

 

180401-racing-touche.jpg
 

Pour l’ASM Clermont Auvergne
1.Falgoux, 2. Kayser, 3.Slimani, 4.Iturria, 5.Vahaamahina, 6. Yato, 7.Lapandry, 8.Lee, 9.Parra (cap), 10.Fernandez, 11.Grosso, 12.Lamerat, 13.Penaud, 14.Betham, 15. Abendanon.
Remplaçants : 16.Ulugia, 17.Uhila, 18.Zirakashvili, 19.Timani, 20.Chouly, 21.Laidlaw, 22.Lopez, 23.Fofana.

Pour le Racing 92                         

1.Ben Arous, 2.Chat, 3.Tameifuna, 4.Ryan, 5.Nakarawa, 6.Lauret, 7.Le Roux, 8.Nyanga, 9.Machenaud (cap), 10.Lambie, 11.Andreu, 12.Chavancy, 13.Vakatawa, 14.Thomas, 15.Dupichot.

Remplaçants : 16.Avei, 17.Kakovin, 18.Gomes Sa, 19.Palu, 20.Chouzenoux, 21.Carter, 22. Chauveau, 23.Rokocoko.