Des choses simples et bien maîtrisées …

image description

Après avoir laissé filer les points et les dernières rencontres de championnat, Franck Azéma et ses hommes veulent « regarder devant » et maîtriser leur rugby pour sortir de cette mauvaise passe. Face à des Rochelais qui seront revanchards après leur défaite à domicile face au RCT et leur chute progressive dans le classement des qualifiés, la pression promet d’être énorme d’un côté comme de l’autre de la ligne médiane.

L’an dernier, un peu plus tard dans la saison (26ème journée), cette rencontre opposait le leader rochelais à son dauphin clermontois pour un match de gala entre deux équipes en pleine confiance et sûres de leur jeu. 10 mois plus tard, l’équation est bien différente. Clermont connait l’une des plus longues séries de défaite de son histoire en championnat et les Rochelais, leaders à mi-parcours, glissent, peu à peu, des places qualificatives que seuls deux petits points d’écart séparent des Palois (en pleine confiance sur une série de 4 victoires consécutives). La situation d’urgence si elle n’est pas encore totalement d’actualité, pour les uns et les autres, ferait bien de s’éloigner à la faveur d’un bon résultat ce week-end pour détendre l’atmosphère. « Nous sommes conscients de la situation et des manques actuels », souffle Franck Azéma. « Il nous faut regarder devant et se demander ce que nous pouvons faire et ce que nous devons maîtriser pour livrer un bon match face aux Rochelais. » Face aux doutes que rencontre actuellement son équipe, le coach des « jaune et bleu » prône la simplicité et l’efficacité. « Nous devons faire preuve d’adaptation. Je ne vais pas dire aux joueurs de jeter tous les ballons à l’aile parce que c’est ce que nous aimons faire. Avant cela, il faut que nous nous recentrions sur les bases de notre sport : être meilleurs dans la conservation, attraper le ballon. Il nous faut mettre en place des choses simples mais bien maîtrisées. »

 

A la baguette en l’absence de Charly Trussardi (blessé face à Oyonnax), c’est l’Ecossais Greig Laidlaw fraichement auréolé d’une belle victoire face à l’éternel rival anglais, qui devrait reprendre les rênes, troquant sa tenue écossaise contre celle du meneur auvergnat. « Je suis à Clermont, pour une semaine, c’est mon seul objectif. L’équipe est dans la difficulté, il faut que nous arrivions à retrouver de la confiance et un gros collectif face à des Rochelais qui jouent un très bon rugby ». Très volontaire tout au long de la semaine, le demi de mêlée du Chardon, endossera avec appétit le costume clermontois. « J’ai vraiment envie d’apporter mon énergie à notre collectif en participant ainsi au regain de confiance dont nous avons besoin pour sortir de cette spirale négative. » Même si la situation n’est « pas évidente » comme la qualifie le gaucher, Etienne Falgoux, les joueurs essayent de « positiver afin de ne pas entretenir ce doute. » « Nous regardons devant et si les Rochelais ont de bonnes raisons d’être revanchards après leur défaite de la semaine dernière, nous avons également des raisons de l’être puisque nous avions pris une sérieuse volée à Marcel-Deflandre (51-20) lors du match aller. Entre ces faits et la situation actuelle, nous n’avons pas le droit d’entrer sur la pelouse du Michelin avec moins d’envie que ces joueurs du Stade Rochelais », affirme-t-il.  

Dans le monde du Rugby, il existe quelques constantes : celles qui veulent que dans les moments difficiles les équipes se resserrent autour de leur collectif et du combat. De vieilles recettes qui ont, aujourd’hui encore, tout leur sens et leur saveur. Les Auvergnats doivent passer par là pour sortir de cette période. Franck Azéma le sait bien et il profitera également de ces temps de vaches maigres pour en savoir un peu plus sur son groupe comme il le laisse entendre... « Dans ces moments difficiles, auxquels nous ne sommes pas forcément habitués, cela nous offre l’opportunité de voir sur qui nous pouvons compter ».  Comme le disait Alexandre Lapandry, samedi dernier après le match face à Oyonnax «  il faudra que ce soit les uns pour les autres et tous pour le collectif ! » Un collectif identifié comme la clef permettant de sortir de cette impasse qui n’a que trop duré…