Club

Désormais, place à l’Europe !

image description

Les Clermontois retrouveront, samedi sur la pelouse du Franklin’s Garden, la Challenge Cup, 12 ans après l’avoir quittée sur un titre face à Bath (victoire 22 à 16). Un saut dans l’inconnue dans une poule à la fois indécise, notamment par la présence des Anglais de Northampton (habitués comme les Auvergnats à la Champions Cup), et « exotique » avec les Roumains de Timisoara que les « jaune et bleu » affronteront pour la première fois. Présentation avant le premier match en Angleterre qui pourrait déjà avoir des airs de finale de la poule face aux Saints…

 

Après un excellent début de parcours en Top 14 (parfaits à domicile avec 15 points pris sur 15 possibles ainsi que 2 victoires et 2 bonus défensifs lors des 4 premiers déplacements soit déjà 2 de plus que durant toute la saison dernière), les hommes de Franck Azéma basculeront, cette semaine, sur une toute autre compétition : un format plus court, un arbitrage et des règles différents qui livrera en 6 journées le nom des qualifiés pour les quarts de finale. Challenge ou Champions Cup, l’équation est la même, le droit à l’erreur est minime et tous les points seront bons à prendre, à commencer par les premiers mis en jeu sur la pelouse anglaise des Saints (concurrents directs à la première place de la poule) dès samedi à 16 heures au Franklin’s Garden.  

Une première journée aux allures de finale !

Les Saints, qui démarrent le championnat anglais timidement (9ème après 6 journées : 4 défaites et 2 victoires), ont déjà perdu à deux reprises à domicile (face aux Saracens, intouchables depuis le début de la saison 27-38 et la semaine dernière à Twickenham lors du Derby Day anglais face aux Tigers de Leicester sur le score de 15 à 23). Ils seront pourtant les plus sérieux concurrents aux Clermontois dans cette compétition avec l’avantage de recevoir dès la première journée pouvant ainsi prendre le « leadership » de la poule. Il ne faudra pas compter sur les Anglais pour espérer le moindre cadeau et pour s’en convaincre il n’y a qu’à se souvenir de la saison dernière où, sans le moindre enjeu, ils avaient pourtant infligé aux Clermontois leur seule défaite des phases qualificatives (34-21) au Garden. Clermont jouera probablement une grande partie de son avenir dans la compétition européenne dès samedi de l’autre côté de la Manche où le combat s’annonce âpre face aux joueurs expérimentés que sont Dylan Hartley, Dan Biggar, Luther Burrell, Ben Francks ou Courntney Lawes (absent du dernier match en raison de douleurs au dos lors de l’échauffement).

   Des Gallois et Roumains à prendre au sérieux !

Après les Anglais, le calendrier européen proposera deux confrontations inédites face aux Gallois de Newport et aux Roumains de Timisoara : deux équipes complètement inconnues des tablettes auvergnates des dix dernières années. Mis à part Aaron Jarvis (de retour au pays) Richard Hibbard (le talonneur international) ou Bernard Jackman (le Head-coach passé par Grenoble), on ne connait pas grand-chose des Dragons en difficulté la saison dernière en ligue Celte (2 victoires dans la compétition) et éliminés de la Challenge Cup après 3 défaites (à Bordeaux et à deux reprises contre Newscastle, demi-finaliste). Cette saison, les Gallois ne comptent que 2 victoires officielles (toutes les deux au Rodney Parade) face aux Italiens de Zèbre Rugby et aux Sud-Africains des Southern Kings (derniers de poule) et viennent de concéder leur 2ème défaite à domicile (après celle face à Trevise), samedi dernier face aux Blues de Cardiff (15-23). Le déplacement bien que tardif dans la compétition promet toutefois d’être coriace, comme toutes les rencontres au Pays de Galles… Enfin, les Clermontois découvriront les Roumains de Timisoara, repêchés après la disqualification administrative du club allemand d’Heidelberger RK, finaliste de la Continental Shield. Premiers de leur phase qualificative après leurs victoires face aux italiens de Petrarca et Calivsano et les Portugais de CDUL, les joueurs de Timisoara s’étaient inclinés face aux Géorgiens du Batumi RC avant de perdre en demi-finale face aux Allemands. Dans l’effectif de Timisoara nous retrouverons de nombreux internationaux roumains (19 dans l’effectif dont 6 ayant participé au dernier match contre l’équipe de France lors de la Coupe du Monde 2015) avec notamment le pilier droit Pungea passé par Lyon et Oyonnax, mais aussi quelques joueurs fidjiens et samoans venus renforcer une équipe dont il faudra attendre la première confrontation face aux Dragons (à Timisoara, samedi) pour évaluer le niveau.